Le Vilain Petit Canard
|

« Le Vilain Petit Canard » en Argot

Dans une basse-cour stylée, une cane couve ses œufs jusqu’à ce que les petits se pointent. Sauf qu’un œuf, plus balèze que les autres, tarde à éclore. Quand enfin le dernier p’tit sort, il est pas comme ses frangins : ce caneton est plus grand, plus moche, et d’un gris pas possible. Direct, tout le monde dans la basse-cour commence à le charrier : les autres canards, les poules, même la dinde qui pourtant n’est pas une lumière, ils lui font tous sentir qu’il est pas à sa place.

Le Vilain Petit Canard

Le pauvre se barre, espérant trouver des gens moins relous. Il tombe sur des oiseaux sauvages qui sont cool avec lui, mais ils se font chasser. Ensuite, il se retrouve chez une vieille femme avec un chat et une poule qui tentent de lui apprendre à pondre des œufs et à ronronner – mission impossible pour notre pote le canard.

L’hiver arrive, et c’est la galère totale pour lui. Il gèle, il souffre, mais il survit. Quand le printemps pointe enfin, il voit des cygnes magnifiques et se dit qu’il veut mourir près d’eux, vu qu’il est tellement laid. Sauf qu’en s’approchant de l’eau, il voit son reflet et réalise qu’il est devenu un de ces cygnes splendides. Les autres cygnes l’accueillent comme un des leurs, et il comprend qu’il n’a jamais été un canard, mais un cygne depuis le début.

Des contes de fée en argot

Racontez des contes de fée autrement

Le Lion et le Rat en Argot

Les gens qui l’avaient charrié ne le reconnaissent même pas. Il déploie ses ailes majestueuses, fier de qui il est devenu, et nage, entouré de respect et d’admiration.

Moralité de l’histoire : Peu importe ton départ dans la vie, c’est pas forcément là où tu vas finir. Et souvent, ceux qui te taillent, c’est parce qu’ils captent pas ta vraie valeur. Faut juste tenir le coup et attendre de trouver ta vraie place, et là, tu pourras briller.

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *