Le Loup et le Chien
|

Le Loup et le Chien : Histoire en Argot

Y avait ce Loup, tout maigre, tout crade, qui galérait grave pour trouver de la bouffe dans la forêt. Un jour, en se baladant près d’un village, il tombe sur un Chien bien dodu, bien propre, l’air bien nourri. Le Loup, il hallucine sur le contraste et il l’interpelle : « Eh, frérot, comment tu fais pour être aussi en forme ? Moi, je galère à choper un rat, et toi, t’as l’air de revenir d’un banquet ! »

Le Loup et le Chien
Le Chien, tranquille, lui explique qu’il vit avec les humains. En échange de sa protection contre les intrus et les bêtes sauvages, ils le nourrissent, lui donnent un endroit chaud pour dormir. « C’est le bon plan, mon pote. Tu devrais tester, » lui dit-il.

Le Loup, qui en a marre de se les geler dans la forêt et de manger des restes, commence à trouver l’idée séduisante. « Et comment je fais pour signer ? » demande-t-il. Le Chien lui montre son collier : « C’est le deal, t’as ça et t’es tranquille. Tu bosses un peu, et t’as tout ce qu’il te faut. »

Des contes de fée en argot

Racontez des contes de fée autrement

Le Vilain Petit Canard en Argot

Mais le Loup tique sur le collier. « Et ça ? Ça fait pas un peu prisonnier ? » Le Chien hausse les épaules : « Ouais, mais regarde ce que ça me rapporte. Un peu de liberté contre un lit douillet et de la bouffe à volonté, moi je dis oui. »

Le Loup, il réfléchit deux sec et puis il capte le truc : « Nan, laisse tomber. Moi, je préfère crever la dalle et rester libre plutôt que d’être attaché et dépendant. » Et il se tire, laissant le Chien à sa vie confort mais contrôlée.

Moralité de l’histoire : La liberté, ça se paie, et chacun voit midi à sa porte. Faut choisir ce qui compte le plus pour toi : le confort avec quelques chaînes ou la galère en étant libre comme l’air.

Publications similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *